La lanterne d’Halloween

La citrouille était un navet

Jack’o Lantern, un ivrogne irlandais, se trouva à plusieurs reprises face au diable, qui, bien entendu, voulait prendre son âme. Une première fois, dans un pub, il demanda au diable de lui payer un dernier coup avant de lui donner son âme. Le diable se transforma en une pièce de monnaie pour régler la note, et hop ! se retrouva coincé dans la poche de Jack par une petite croix d’argent. Il palabra et obtint que Jack le libère, lui accordant en échange de sa liberté un sursis de 10 ans. Dès que le délai fut passé, le revoilà, en plein milieu d’un champ, réclamant l’âme de Jack ! Aide moi d’abord à attraper cette pomme, demande Jack en le hissant sur son dos. Le diable s’empare de la branche de pommier, et Jack pendant ce temps grave une croix sur le tronc de l’arbre. Coincé maintenant dans le pommier, le diable ! Il jure alors de ne jamais prendre l’âme de Jack, qui efface la croix sur le tronc. Jack vit enfin tranquille, mais toujours ivrogne, c’est pourquoi il se voit refuser l’entrée au Paradis à sa mort. Il veut donc rentrer en Enfer, mais le diable ne peut l’accueillir sans se parjurer. Jack est condamné à errer dans les ténèbres. Le diable, plutôt gentil, lui donne une braise du feu de l’Enfer pour faire un peu de lumière. Jack évide un navet, qu’il était en train de grignoter, pour déposer la braise à l’abri du vent et s’en faire une lanterne.

La tradition celte est d’aller de maison en maison avec une lanterne creusée dans un navet, pour la fête de Samain, aux derniers jours d’octobre, par empathie avec tous les trépassés, à moins que ce ne soit par peur de les rencontrer.

Emigrant massivement vers l’Amérique, au milieu du XIXème siècle, suite à une grande famine, les irlandais emmenèrent avec eux la tradition de Jack’o Lantern, mais, ne trouvant pas de navets, les remplacèrent par des citrouilles. Photophores improvisés, troués de manière à laisser passer la lumière, et les faces rigolotes ou inquiétantes sont apparues.

En savoir plus sur Halloween et les citrouilles

Jeu en peinture

Jeudi dernier, nous avons proposé un petit jeu dans l’atelier de peinture. À côté des pots de peinture, il y avait des mots écrits sur des post-it. Les enfants en tiraient trois au hasard, ou bien ils les choisissaient, et ces mots servaient de thème à leur peinture.

C’était un  jeu de Français Langue Etrangère, mais on peut très bien jouer à ça sans chercher à améliorer son vocabulaire, cela permet de ne pas se trouver « sec » devant la feuille blanche sans pour autant se voir imposer un thème par l’animateur.

Le chat et le vétérinaire

Brieuc et Catherine répètent, Jazz (le chat) les accompagne, couché sur deux marionnettes du futur spectacle. Habituellement redouté des personnages des contes du Chat Perché, le vétérinaire, cette fois, n’a pas l’air très rassuré !

Le Théâtre AETRE prépare un nouveau spectacle

En plein travail pour la création d’un spectacle de marionnettes, Les Boites de Peinture, d’après Marcel Aymé. Une re-création en fait, car nous l’avons joué il y a longtemps. On change la structure, les costumes, la mise en scène.On ne change pas l’histoire de Marcel Aymé, qu’on adore, ni la manipulation que nous avions inventée pour que Delphine et Marinette puissent peindre pour de vrai. « Première » en octobre.

 

Doudou retrouvé !

Aujourd’hui retrouvailles joyeuses grâce à AETRE ! Anne nous écrit :

« Ma commande est destinée à un petit garçon désespéré parce que sa taupe a disparu il y a presque 2 ans et qu’il a encore des moments de grande tristesse lorsqu’il y repense.

De mon côté je cherche à retrouver la même taupe depuis lors.

Et mon obstination a payé puisque le l’ai enfin retrouvée sur votre site.

Voilà l’histoire de Taupec. » 

En vrai, Johanna, la créatrice de la taupe, l’a baptisée Oscar, mais Taupec c’est bien joli !

Hand spinner et jeux inclusifs

Histoire(s) de jouer

Baigneur Africain fille ou garçon
Représenter la diversité  
Quoi de mieux pour jouer au papa ou à la maman qu’une poupée qui vous ressemble, et inversement quoi de mieux pour apprendre la différence et la tolérance que des baigneurs à la peau claire ou foncée, ou qu’un poupon représentant un enfant handicapé, ”un enfant qui a besoin de plus de soins et d’attention” dit la pédagogue, dans un reportage au Salon du Jouet de Nuremberg, sur ARTE Xenius, diffusé en mai 2017. Cette vidéo traite de l’influence du jouet dans le développement de l’enfant, vaste sujet survolé en 27 minutes, dont plus de 4 minutes consacrées au jouet ”inclusif”.

 

 

 

On ouvre !

Ça y est, le nouveau site est ouvert ! Boutique en ligne, carnet de bord et Théâtre d’objets. Pour vous permettre d’acheter facilement des jouets et des jeux extraordinaires (littéralement), pour parler de jeu et de jouets, d’enfants, d’éducation, de fête, pour vous présenter notre travail de marionnettistes et vous proposer des spectacles que vous pouvez faire venir chez vous.
Nous améliorerons peu à peu notre site avec vos conseils et vos remarques qui sont les bienvenus.

Depuis la création d’ ÀÊTRE il y a bientôt 15 ans, nous dénichons de nouveaux objets ludiques, nous rencontrons de nouveaux petits éditeurs européens, et nous développons nos propres créations. Nous n’avons pas vocation à devenir plus gros (« Petit, c’est bien », un de nos spectacles le dit), nous voulons simplement vous étonner, vous faire sourire, vous voir jouer, vous accompagner dans l’aventure parentale ou grand-parentale.

Le carnaval des crêpes DIY

Avec les enfants, on a fait des masques crêpes, et après, on les a mangés !

D’abord se laver bien bien les mains.

Ensuite décorer les crêpes avec des bonbons, de la pâte d’amendes, des scoubidous en sucre, des biscuits, collés si nécessaire avec du chocolat fondu. Surtout ne rien ajouter qui ne soit pas comestible. Parce qu’à la fin de la fête, on mange tout.

(Ne pas oublier de se re-laver les mains à la fin…)