La lanterne d’Halloween

La citrouille était un navet

Jack’o Lantern, un ivrogne irlandais, se trouva à plusieurs reprises face au diable, qui, bien entendu, voulait prendre son âme. Une première fois, dans un pub, il demanda au diable de lui payer un dernier coup avant de lui donner son âme. Le diable se transforma en une pièce de monnaie pour régler la note, et hop ! se retrouva coincé dans la poche de Jack par une petite croix d’argent. Il palabra et obtint que Jack le libère, lui accordant en échange de sa liberté un sursis de 10 ans. Dès que le délai fut passé, le revoilà, en plein milieu d’un champ, réclamant l’âme de Jack ! Aide moi d’abord à attraper cette pomme, demande Jack en le hissant sur son dos. Le diable s’empare de la branche de pommier, et Jack pendant ce temps grave une croix sur le tronc de l’arbre. Coincé maintenant dans le pommier, le diable ! Il jure alors de ne jamais prendre l’âme de Jack, qui efface la croix sur le tronc. Jack vit enfin tranquille, mais toujours ivrogne, c’est pourquoi il se voit refuser l’entrée au Paradis à sa mort. Il veut donc rentrer en Enfer, mais le diable ne peut l’accueillir sans se parjurer. Jack est condamné à errer dans les ténèbres. Le diable, plutôt gentil, lui donne une braise du feu de l’Enfer pour faire un peu de lumière. Jack évide un navet, qu’il était en train de grignoter, pour déposer la braise à l’abri du vent et s’en faire une lanterne.

La tradition celte est d’aller de maison en maison avec une lanterne creusée dans un navet, pour la fête de Samain, aux derniers jours d’octobre, par empathie avec tous les trépassés, à moins que ce ne soit par peur de les rencontrer.

Emigrant massivement vers l’Amérique, au milieu du XIXème siècle, suite à une grande famine, les irlandais emmenèrent avec eux la tradition de Jack’o Lantern, mais, ne trouvant pas de navets, les remplacèrent par des citrouilles. Photophores improvisés, troués de manière à laisser passer la lumière, et les faces rigolotes ou inquiétantes sont apparues.

En savoir plus sur Halloween et les citrouilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *